Les Cahiers de l'Institut de la RSE n° 1 - Bonne gouvernance et dialogue avec les parties prenantes : est paru !

Le premier des Cahiers de l'Institut Hlm de la RSE est paru. Réalisé par HTC et Des enjeux et des hommes sous l'égide du Conseil d'orientation de l'Institut, il est préfacé par Daniel Lebègue. Il fournit des clés sur la confiance avec les parties prenantes, les principes de la bonne gouvernance et les modalités du dialogue avec les parties prenantes.

Il est également l'occasion pour l'Institut Hlm de la RSE de formuler les 10 messages-clés de la bonne gouvernance et du dialogue avec les parties prenantes pour un organisme Hlm :

1. Les organismes Hlm au cœur de l’utilité sociale

1.   Les organismes Hlm sont au cœur des enjeux de développement durable. Pour répondre à leur mission d’utilité sociale, ils doivent s’engager dans de véritables et sincères démarches de Responsabilité Sociétale, au-delà des obligations légales et au-delà de la seule communication.

2.   Les processus de décision des organismes Hlm doivent être reconsidérés pour prendre en compte la complexité de la société et les attentes en termes de responsabilité sociétale, pour prendre en compte les spécificités de chaque territoire, pour favoriser l’implication des très nombreuses parties prenantes. La « bonne gouvernance » et le dialogue avec les parties prenantes sont de puissants leviers pour répondre à ces enjeux stratégiques.

3.   Les  locataires sont les premiers bénéficiaires des organismes Hlm. Leur relation avec les habitants du territoire est à reconsidérer pour mettre en œuvre des solutions répondant pleinement aux attentes et au bien-être des locataires, aux besoins de cohésion sociale des territoires.

2. Les principes d’une bonne gouvernance pour un organisme Hlm

4.   La gouvernance d’une organisation doit être vue au sens large : c’est l’ensemble des instances, valeurs et principes d’action, systèmes qui concourent au processus de décision, à la mise en œuvre, au pilotage et à l’évaluation des activités.

5.   Le dialogue avec les parties prenantes est au cœur de la bonne gouvernance : il est nécessaire à la compréhension du contexte, à la pertinence et à la légitimation des décisions, à l’implication des acteurs, à la mise en œuvre des décisions.

6.   Les valeurs et principes d’action constituent le socle des démarches de bonne gouvernance et de dialogue avec les parties prenantes. Il importe que les valeurs et les principes soient définis et partagés.

7.   Il n’existe pas un modèle de « bonne gouvernance » unique. Il importe que chaque organisme Hlm adapte sa démarche à son contexte, se fixe ses propres ambitions et ses règles de conduite en matière de bonne gouvernance et les partage avec ses parties prenantes.

3. Les bénéfices de La gouvernance et du dialogue avec les parties prenantes

8.   Le dialogue avec les parties prenantes n’est ni un transfert de responsabilité, ni de la codécision. Ce n’est pas un aveu de faiblesse ou une perte de pouvoir. Il permet d’augmenter la légitimité de la décision vis-à-vis des parties prenantes et de décider et d’agir de manière responsable.

9.   Les modes de gouvernance et de dialogue ne sont pas figés. Ils évoluent en permanence en lien avec les évolutions sociétales.

10. La « bonne gouvernance » et le dialogue avec les parties prenantes sont l’occasion d’investir les champs de l’innovation, de la création de valeur partagée, de la dynamique de coopération et d’envisager des gains opérationnels.

 

L'intégralité du document peut être téléchargé avec le lien ci-dessous.